Groupe de lecture liturgique

DSC_0047L’écoute de la Parole de Dieu est constitutive de la vie chrétienne, puisque la foi consiste à recevoir cette Parole. Chez les catholiques, cette écoute est d’abord communautaire[1], et elle trouve son lieu privilégié dans la célébration de la liturgie[2]. Ainsi, cette Parole est adressée à la communauté chrétienne et à chacun personnellement. Mais cette écoute demande que tout soit mis en œuvre pour qu’elle ait lieu dans les meilleures conditions, de telle façon que cette Parole soit reçue, crue et qu’elle devienne active à la fois dans la vie de notre communauté comme dans la vie de chacun.

À Notre-Dame des Blancs-Manteaux, le groupe de lecture liturgique a pour but de servir la proclamation de la Parole de Dieu. Deux axes sont privilégiés pour notre groupe :

  1. Manifester que la proclamation de la Parole de Dieu est une responsabilité communautaire, et donc de chacun des fidèles co-responsables de la vie de l’Église.
  2. Soigner et améliorer l’exercice de la lecture liturgique de la Parole, de telle façon que son écoute soit plus facile et plus fructueuse.

Fonctionnement

  • Pour le début de son travail, le groupe limite son activité à la messe du dimanche matin.
  • Les trois lecteurs (1ère lecture ; 2ème lecture ; prière universelle) sont désignés avant la célébration. On gardera cependant la possibilité pour celui qui a rédigé la prière universelle de lire son propre texte.
  • Les trois lecteurs prendront place dans les stalles du chœur, du côté de l’ambon de la Parole dès le début de la célébration, et y resteront tous les trois jusqu’à la fin de la liturgie de la Parole, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la prière universelle.
  • Michel Ormières se tient à la disposition du groupe pour des séances de travail sur la diction.
  • Responsable du groupe : Yves Clair.

Points d’attention

  • Les lecteurs de la messe du dimanche matin sont pris de préférence dans le groupe de lecture liturgique, et à défaut parmi les autres membres de l’assemblée. De cette façon, on souhaite valoriser le savoir-faire des membres du groupe.
  • Pour simplifier la désignation des lecteurs, un doodle est préparé. Pour en connaître le lien, nous contacter.
  • Chaque lecteur veillera à préparer sa lecture, de façon à en avoir une intelligence : on lit mieux ce qu’on comprend bien. Il faut avoir une intelligence spirituelle du texte, c’est-à-dire mesurer les effets possibles de ce texte dans la vie de la communauté lorsque ce texte est pris au sérieux, c’est-à-dire pris comme expression de la Parole de Dieu.
  • Dans la liturgie, la lecture se fait dans le lectionnaire liturgique, et non dans un autre document (ni la feuille de messe, ni les revues telles que Magnificat ou Prions en Église).
  • Avant de commencer la lecture, on vérifie qu’on ne se trompe pas de lecture.
  • Avant de commencer la lecture, on vérifie la position du micro, avec lequel on aura fait des exercices en dehors de la célébration, de façon à expérimenter ce qu’est entendre sa propre lecture, de façon à pouvoir corriger les défauts.
  • On s’appuie sur le fait que dans le lectionnaire liturgique les phrases sont coupées de telles façons qu’on puisse faire une pause en bout de chaque ligne : respecter ce point favorise la transmission du sens.
  • On lit lentement et en prenant grand soin de la diction.
  • En quittant le chœur, les lecteurs s’inclinent ensemble juste devant l’autel.
  • Toutes les semaines, on envoie un mail à l’ensemble du groupe pour que les volontaires s’inscrivent pour les lectures du dimanche suivant.

[1] Benoît XVI, La Parole du Seigneur. Exhortation apostolique, pref. P.-M. Carré, Paris, Bayard, Cerf, Mame, coll. Documents d’Église, 30 septembre 2010, § 29-30, p. 51-54.

[2] Benoît XVI, La Parole du Seigneur. Exhortation apostolique, op. cit., § 52, p. 91-93.