Ambiance fraternelle pour la sortie paroissiale

DSC_0114Le départ en car qui a eu lieu (tôt !) le matin du 10 avril depuis Notre-Dame des Blancs-Manteaux.

Nous étions 43 : jeunes et moins jeunes, en famille, avec des amis ou tout seul, ainsi que les bénévoles du repas du dimanche (organisé par l’APA) et les personnes en situation difficile.

Arrivé à Soisson, notre groupe a été accueilli par le Père Vincent Clavery, de la Communauté Saint-Martin, curé de la cathédrale de Soissons, qui nous a présenté la cathédrale Saint-Gervais-Saint-du Protais, chef d’ œuvre de l’art gothique et centre de la vie chrétienne soissonnaise depuis 1479. Il nous a aussi parlé de la vie actuelle du diocèse et de cette paroisse.

Ensuite, nous avons retrouvé l’un de nos jeunes prêtres, le Père Augustin. Nous le voyons aux Blancs-Manteaux pendant la semaine, car il suit des études à l’Institut Catholique de Paris. Le week-end il fait son apostolat dans cette paroisse de Soissons.

Nous avons participé à la messe de la cathédrale. Ensuite, nous avons pique-niqué dans une salle du Centre diocésain. Ce pique-nique n’a pas été seulement un moment de partage fraternel de nos repas préparés à la maison mais aussi une belle occasion de faire connaissance entre nous et de découvrir des personnes qu’on croise à la messe et qu’on rencontre au repas du dimanche.

Ensuite, en route pour la découverte des carrières de Confrécourt ! Un grand merci à notre guide, Jean-Luc Pamart, agriculteur propriétaire des grottes, qui nous a présenté la vie que les soldats français ont menée pendant trois ans dans ce lieu pendant qu’ils étaient au repos entre les combats qui se déroulaient sur la ligne de front juste au-dessus de cette carrière.

Dans la grotte, une chapelle a été sculptée par les soldats. Le Père Doncœur y a célébré la messe, lorsque le régiment dont il était l’aumônier était en opérations à cet endroit. Elle n’a laissé personne indifférent … Nous lisons à côté de la croix « Dieu protège la France »…

Pas loin des carrières nous avons visité le Musée de l’armistice, à Compiègne, sur le site où cet armistice a été signé le 11 novembre 1918.

Vers 18h, notre car prend la direction de Paris. Après une heure de route nous avons été obligés de nous arrêter du fait d’un pneu éclaté. Le temps de l’attente nous a servi à faire de jolies photos de notre groupe, qui resteront un bon souvenir de cette journée passée ensemble… Chacun a aussi pu tirer profit de ce temps pour bavarder avec les autres participants.

Et on se pose déjà la question : à quand la prochaine sortie ? 🙂

S1  S3  S4  S5  S6  S7  S8  S9  S10  S11