Messe de rentrée 2014

La paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux a vécu sa messe de rentrée le dimanche 21 septembre. Les paroissiens ont pu se rassembler à l’issue de la messe autour d’un verre de l’amitié.

En guise de compte-rendu, veuillez trouver ci-dessous l’homélie du P. Benoît-Marie.


Chers frères et sœurs,
C’est vraiment une bonne chose que notre messe de rentrée ait lieu sous le signe de la parabole des ouvriers de la dernière heure. Clairement, cette page d’évangile est une opération de persuasion pour les nouveaux venus potentiels. Le message, c’est que s’ils se font ouvriers du Royaume, et donc s’ils se chargent de la mission de Dieu, alors ils ont autant à gagner que les anciens, ceux qui travaillent depuis le début du jour, pour ne pas dire depuis la nuit des temps … Et cette page d’évangile a aussi pour objectif de nous faire réfléchir à la façon dont nous vivons notre engagement. Si l’engagement reste nécessaire, la parabole des ouvriers de la dernière heure nous avertit que c’est une perversion de la pratique religieuse que de penser que nos œuvres pourraient être de nature à contraindre Dieu à nous récompenser. Or le don de Dieu est avant tout gratuit, comme le maître du domaine nous le rappelle : « N’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien ? ».
C’est donc à la lumière de cette parabole des ouvriers de la dernière heure que je vous propose d’abord de relire l’année que j’ai vécue avec vous, et ensuite d’envisager celle que nous commençons.
Il y a un an, lorsque je suis arrivé, j’ai trouvé des institutions bien établies par mes prédécesseurs, telles que les Journées d’Amitié, la Conférence Saint-Vincent, l’Association Pour l’Amitié, l’association des orgues, le groupe biblique, les conseils économiques et pastoraux et aussi toutes les activités forcément nécessaires à la vie d’une paroisse telles que les célébrations et la catéchèse. Et sûrement, dans cette énumération, j’oublie tel ou tel groupe, à qui je demande de bien vouloir m’excuser … Mais depuis une année, qu’avons-nous fait ? Eh bien vous vous êtes d’abord rassemblés en différentes équipes qui se sont mises au travail : pour que notre église soit plus souvent ouverte ; pour que la prière universelle soit prise en charge par les paroissiens ; et aussi pour que des apéritifs dominicaux viennent contribuer à la convivialité paroissiale. Des paroissiens ont travaillé ferme, avec l’homme d’entretien de la paroisse, pour que notre église et nos locaux soient un peu plus propres. Une équipe de communication s’est constituée et a fourni un travail important, qui devient visible seulement ces jours-ci par la publication du nouveau site internet de la paroisse ou la production du guide paroissial, lequel tient compte de la nouvelle ligne graphique de la paroisse. Ce qui a été fait aussi, par certains paroissiens qui se sont mouillés la chemise, c’est que les locaux ont été rendus propres de façon à ce qu’on puisse faire loger ici en semaine mes confrères de la Communauté Saint-Martin. Ils sont cinq pour cette année, et au fur et à mesure que se font les rentrées universitaires, ils commencent à se rendre présents. Ces locaux sont propres, mais pas encore aménagés de façon adéquate, et là aussi nous avons encore beaucoup de travail à faire …
Ce que nous avons fait aussi, c’est qu’en s’inscrivant dans les processus diocésains de l’année de l’appel et de la prochaine année de la mission, nous avons commencé à prendre notre élan pour l’opération d’évangélisation de l’Avent 2014. En la matière, les propositions diocésaines visent précisément à aider les paroisses à rassembler de nouveaux ouvriers de la moisson. Ces organisations visent à nous faire bouger, bouger de ce mouvement dont nous parle la première lecture lorsqu’elle nous dit : « Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ». Oui, bien clairement, chercher le Seigneur consiste à bouger …
Alors, notre communauté chrétienne, a évidemment beaucoup de tâches à accomplir, telles que les Journées d’Amitié ou la prochaine campagne du Denier de notre paroisse, que nous avons à corriger si nous ne voulons pas que des budgets déficitaires ou des finances trop réduites viennent menacer la capacité d’initiative de notre paroisse. Mais elle doit faire tout cela dans la préoccupation de progresser dans l’esprit de la mission. Dans cette perspective, je vais demander à la nouvelle équipe du conseil pastoral, lequel doit toujours être renouvelé un an après l’arrivée d’un nouveau curé, je vais demander à cette nouvelle équipe de commencer la rédaction d’un projet pastoral missionnaire, de telle façon que soit provoquée une réflexion de la paroisse sur la mission propre qui est la sienne, dans le quartier des Blancs-Manteaux, et que cette réflexion soit transcrite de telle façon qu’elle puisse effectivement guider notre action pastorale et missionnaire dans les années à venir. Alors, voilà ce qui nous attend cette année : denier de l’Église pour notre paroisse ; Journées d’Amitié ; opération de l’Avent 2014 ; action de réflexion pour que nous soyons plus participants de la mission qui est celle de la paroisse dans notre quartier.
Oui, le Seigneur a besoin d’ouvriers à son Royaume. Alors, continuons à nous laisser inviter à cette mission. Je vous souhaite une bonne année pastorale.

Benoît-Marie Roque, curé des Blancs-Manteaux.