La paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux publie son projet pastoral

La paroisse est heureuse de pouvoir vous communiquer son projet pastoral. Ce texte est le fruit de la réflexion du Conseil Pastoral de la paroisse depuis juin 2014. Nous l’avions promis pour début 2015. Mais le travail a demandé une maturation un peu plus longue. Ce texte définit les grandes lignes de l’action de la paroisse dans le quartier des Blancs-Manteaux.

Père Benoît-Marie.


 

logo

 

 

 

 

 

Porter un message de bienveillance dans le quartier des Blancs-Manteaux.

Conseil Pastoral de Notre-Dame des Blancs-Manteaux
Projet pastoral missionnaire 2015-2019

Une paroisse en mission

Depuis le mois de juin 2014, le Conseil Pastoral de la paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux réfléchit aux orientations qu’il convient de donner à l’action pastorale de la paroisse dans les quelques années qui viennent. En effet, dans chaque paroisse, le rôle du conseil pastoral est de contribuer à ce que la paroisse, rassemblée autour de son curé, accomplisse sa mission* . Ses membres doivent donc exercer leur responsabilité en portant le souci du bien commun qui est la vie de la paroisse dans toutes ses dimensions. Il s’agit de soutenir la participation de tous à l’œuvre commune d’annonce de l’Évangile :

• en favorisant l’activité pastorale et missionnaire de la paroisse
• en proposant et mettant en place des actions spécifiques propres à notre quartier qui vont dans ce sens, avec une attention particulière aux orientations à moyen ou plus long terme.

Dans la mission d’une paroisse, il y a toujours des aspects qui sont communs à toutes les paroisses, et qui tiennent à la nature de la vie chrétienne elle-même, qui, si elle est proposée de façon personnelle à chaque fidèle baptisé, reste communautaire et ecclésiale. Mais d’un autre côté, chaque paroisse a aussi des responsabilités particulières, qui sont liées à l’environnement qui est le sien. Le présent document comprendra donc deux parties :

• un exposé des lignes fondamentales de la vie chrétienne et de la vie ecclésiale, avec les missions qui en découlent pour la paroisse.
• un exposé des particularités de la situation de la paroisse des Blancs-Manteaux, avec les missions qui en découlent pour la paroisse.

A. Les fondamentaux de la vie paroissiale

Lorsqu’il est question des lois fondamentales de la vie chrétienne, le Compendium du Catéchisme de l’Église Catholique, publié en 2005, nomme quatre éléments. Ainsi dans son introduction :

« Comme le Catéchisme [de l’Église Catholique], le Compendium est organisé en quatre parties, qui correspondent aux lois fondamentales de la vie dans le Christ.
La première partie, intitulée « La profession de la foi », contient une synthèse opportune de la lex credendi, c’est-à-dire de la foi professée par l’Église catholique, synthèse tirée du Symbole apostolique développée par le symbole de Nicée-Constantinople, dont la proclamation constante au cours des assemblées chrétiennes maintient vivante la mémoire des principales vérités de la foi.
La deuxième partie, intitulée « La célébration du mystère chrétien » présente les éléments essentiels de la lex celebrandi. L’annonce de l’Évangile trouve en effet sa réponse privilégiée dans la vie sacramentelle. En elle, les fidèles font l’expérience et témoignent, à chaque instant de leur existence, de l’efficacité salvifique du mystère pascal, par lequel le Christ a accompli l’œuvre de notre rédemption.
La troisième partie, intitulée « La vie dans le Christ », rappelle la lex vivendi, à savoir l’engagement auquel les baptisés sont tenus de manifester, dans leurs comportements et leurs choix éthiques, leur fidélité à la foi professée et célébrée. Les fidèles sont en effet appelés par le Seigneur Jésus à accomplir les actions qui sont conformes à leur dignité de fils du Père, dans la charité de l’Esprit Saint.
La quatrième partie, intitulée « La prière chrétienne » offre une synthèse de la lex orandi, c’est-à-dire de la vie de prière. À l’exemple de Jésus, modèle parfait du priant, le chrétien est appelé lui aussi à dialoguer avec Dieu dans la prière, dont une des expressions privilégiées est le Notre Père, prière qui nous a été enseignée par Jésus lui-même**. »

Ces quatre axes désignent les quatre directions fondamentales de l’action qu’une paroisse doit mener pour soutenir la vie chrétienne de ses membres.

1. Le témoignage de la foi

La catéchèse fait partie de l’activité de témoignage de la foi. Mais elle n’est pas seulement destinée aux enfants du primaire. C’est à tout âge de la vie que ceux qui cherchent doivent pouvoir trouver des propositions de catéchèse.
Dans la paroisse, sont particulièrement importantes les activités d’annonce de la foi, et elles sont à mettre en route ou à développer :

• La catéchèse d’enfants du primaire
• La catéchèse pour adultes
• Un groupe de partage d’évangile ou de lecture biblique, où le but premier n’est pas l’érudition, mais un contact immédiat et familier avec l’Écriture
• Les initiatives d’évangélisation de rue, telles celle de l’Avent 2014.

2. La célébration chrétienne

Une communauté chrétienne se définit aussi par son rassemblement, en particulier autour de l’eucharistie dominicale. Tout ce qui peut être fait pour que la vie sacramentelle soit vécue au mieux doit l’être :

• En plus du soin particulier dont bénéficie le catéchuménat, on soignera l’inscription communautaire du baptême des petits enfants, en fonction des possibilités et des dispositions des familles. On le fera en célébrant de temps en temps le baptême durant la messe dominicale. Si cela est opportun on pourra aussi profiter de la fin de la messe pour présenter à la communauté chrétienne les familles des baptisés.
• La confirmation des adultes est vécue dans le cadre des activités de catéchuménat. La confirmation des jeunes est vécue dans le cadre de leur aumônerie scolaire.
• On fera le nécessaire pour que la célébration de l’Eucharistie puisse avoir la qualité nécessaire pour soutenir la vie chrétienne des paroissiens. La première communion des enfants est préparée dans le cadre de leur parcours de catéchèse, celle des adultes dans le cadre du catéchuménat. La paroisse prendra un soin particulier de la liturgie de la parole, en veillant à la formation et au choix des lecteurs.
• La paroisse apportera un soin particulier à la célébration du mariage. La préparation au mariage se fera en recourant aux ressources du Doyenné du Marais.
• Le soutien au sacrement de l’ordre est vécu dans le cadre de la proximité de la paroisse des Blancs-Manteaux avec des maisons du séminaire de Paris et aussi par la présence de pères de la Communauté Saint-Martin.
• La dimension communautaire du sacrement de la réconciliation est soulignée par la proposition de célébrations communautaires, au moins pendant le temps du carême.
• Le souci du sacrement des malades est porté par tous, mais plus particulièrement par ceux qui visitent des personnes âgées ou malades. Pour lui aussi, sa dimension communautaire peut être manifestée par sa célébration durant une messe dominicale.

La célébration chrétienne se vit aussi dans d’autres célébrations, telles que celles des obsèques ou de la liturgie des heures.

3. L’exigence éthique de la vie chrétienne

Parce qu’elle doit se réaliser dans tous les secteurs de la vie (vie professionnelle, vie familiale, vie sociale et citoyenne, vie associative et vie ecclésiale), l’exigence éthique de la vie chrétienne doit faire l’objet d’une attention particulière de la part de tous ceux qui ont une responsabilité éducative. Dans la paroisse, ce sont avant tout les parents et les catéchistes.

• L’exigence éthique met le chrétien devant l’obligation de promouvoir les actions de justice et de solidarité. Dans la paroisse, cela se fait en soutenant l’action des groupes de solidarité présents.

4. La prière chrétienne

La prière chrétienne est à la fois une démarche personnelle et une démarche communautaire. De ce fait, la paroisse a comme mission :

• D’éduquer les fidèles chrétiens aux formes de prière personnelles ou en groupe (par exemple, la prière familiale) qui sont adaptées à leur situation.
• De proposer des activités de prières, telles que des temps d’adoration.
• De proposer des lieux ou un cadre propice à la prière, du fait de la qualité de leur aménagement et de leur silence.

B. Les accents particuliers de la mission de la paroisse dans le quartier des Blancs-Manteaux

Plusieurs aspects de la vie paroissiale sont des particularités, du fait de son histoire ou de la situation du quartier des Blancs-Manteaux.

1. Une longue histoire religieuse

Depuis sa fondation en 1258 par les Servites de Marie, l’Abbaye qui est devenue la paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux est un lieu de prière mariale. Son église est l’un des sanctuaires mariaux les plus anciens de Paris. La paroisse, dont la fête patronale reste l’Annonciation du Seigneur (25 mars), prendra un soin particulier aux fêtes mariales et n’hésitera pas à en faire des occasions de rassemblement. En outre, l’abbaye des Blancs-Manteaux ayant rejoint, entre 1618 et 1789, la Congrégation de St-Maur, la paroisse participera autant que possible au quatrième centenaire, en 2018, de la fondation de la Congrégation de Saint-Maur.

2. Un lieu d’histoire, de culture et d’art

Du fait de son architecture, de son patrimoine artistique, de ses orgues, et aussi de sa situation dans un quartier de musées et de culture, un soutien à une culture authentique fait partie de la mission de la paroisse des Blancs-Manteaux. Dans ce domaine, l’action de la paroisse privilégiera plusieurs directions :

• Soigner le choix et l’accueil des concerts qui ont lieu dans l’église.
• Accompagner des groupes ou associations (telle l’Association des Grandes Orgues de Notre-Dame des Blancs-Manteaux) qui ont plus particulièrement la culture en charge.
• La paroisse sera attentive aux touristes qui résident dans les hôtels du quartier, et prendra les moyens nécessaires pour qu’ils soient au mieux informés des activités auxquelles ils peuvent participer.

3. Un lieu de solidarité

Parce que l’Association Pour l’Amitié et l’association Lazare sont nées dans la paroisse dans la première décennie du XXIème siècle, la paroisse a un devoir particulier dans un soutien à la solidarité et dans le témoignage relatif à cette solidarité, témoignage qui est à rendre auprès des plus jeunes. Évidemment, d’autres groupes de solidarité fonctionnent dans la paroisse, dont il est question dans la section A. 3. du présent document. La paroisse et l’Association Pour l’Amitié chercheront à renforcer leurs relations.

4. Un quartier de forte présence juive

Du fait de l’importante présence juive dans notre quartier, la paroisse a une obligation particulière de dialogue interreligieux, spécialement vis-à-vis de nos amis juifs. On doit continuer à faire mention des fêtes juives dans les annonces paroissiales et à envoyer des messages de sympathie à l’occasion des fêtes juives. Les paroissiens n’hésiteront pas à participer, là où ils y sont admis, à la prière synagogale.

5. Un quartier connu pour sa population homosexuelle et ses activités festives

La paroisse a pour mission d’accueillir et d’accompagner tous ceux, quelle que soit leur situation, qui se posent des questions sur leur foi et le sens de leur vie.

6. La présence de la Communauté Saint-Martin

Dans une paroisse, la présence d’une communauté religieuse ou de clercs donne accès à un certain style de vie chrétienne. C’est donc une responsabilité pour la paroisse, de tirer parti des opportunités que représente cette présence.

A Paris, le 12 juin 2015, en la Solennité du Sacré-Cœur de Jésus.


Notes

*Code de Droit Canonique, canon n° 536 : « En union avec ceux qui participent en raison de leur office à la charge pastorale de la paroisse, les fidèles [membres du conseil] apporteront leur concours pour favoriser l’activité pastorale. »

**« Introduction », dans Compendium du Catéchisme de l’Église Catholique, 2005, pris sur
http://www.vatican.va/archive/compendium_ccc/documents/archive_2005_compendium-ccc_fr.html#INTRODUCTION, le 25/10/2014.