La paroisse a clos son année pastorale

Le dimanche 19 juin la paroisse a célébré la messe de clôture de son année pastorale. Ce fut pour nous une occasion de faire mémoire de ce que nous avons vécu durant cette année pastorale et aussi d’envisager l’avenir.

Voici un extrait de l’homélie du p. Benoît-Marie qui évoque l’année pastorale qui se termine et qui énonce quelques perspectives.


Frères et sœurs, nous sommes aujourd’hui à la fin de l’année pastorale. Les congés d’été qui approchent disperseront bientôt la plupart d’entre nous. Et c’est dans cette situation de fin de notre année pastorale que je formule la recommandation que j’ai à vous adresser aujourd’hui : tout au long de l’année, nous avons cherché à approfondir notre identité chrétienne. Eh bien, il nous faut continuer à le faire, en particulier en se souvenant que cette identité consiste dans notre relation au crucifié. Notre connaissance de Jésus ne peut que consister dans l’expérience que nous avons de lui. Ce que nous apprenons dans les livres, même lorsque ce sont ceux de l’Église, pour utile que cela soit, ne nous dispense pas de vivre une relation personnelle avec le Christ.

C’est donc ce que nous avons cherché à faire tout au long de l’année qui se termine, avec tout ce qu’elle nous a permis de vivre.

  • Il y a eu la messe de rentrée, qui était placée sous le signe de l’embauche. Il y en a eu quelques-unes, qu’il n’est pas possible d’énumérer ici sans risquer de vexer quelqu’un.
  • Il y a eu nos Journées d’Amitié, qui sont une occasion de rencontres et de contact avec des personnes qui ne fréquentent pas régulièrement notre paroisse.
  • Notre week-end missionnaire de début décembre a été l’occasion pour nous d’aller à la rencontre de ceux qui ne sont pas forcément proches de l’Église.
  • Notre carême a été renforcé d’abord par les conférences liées à nos actions de carême, pour la mission de Communauté Saint-Martin à Cuba et la conférence de Philippe Loiret pour le CCFD. Il y a eu aussi les conférences du Père Guy Gilbert et du Père Henri de Villefranche.
  • Nous avons intensément vécu les fêtes de Pâques avec le baptême de trois adultes. Nous n’oublions pas non plus les trois paroissiennes qui ont été confirmées durant cette année.
  • Enfin, il y a eu la sortie paroissiale à Soissons et sur le chemin des Dames, qui nous a permis de renforcer notre cohésion, d’autant que les incidents de circulation nous ont finalement donner beaucoup plus de temps pour échanger…

Alors, voilà ce que nous avons vécu. L’activité a bien évidemment la modestie qui convient à la petite taille de notre paroisse. Mais la conviction chrétienne reste bien que les faibles moyens n’empêchent pas une expérience authentique du Christ.

Et puis, pour ce qui nous attend, il y a d’abord une bonne nouvelle qui est l’arrivée, pour septembre, de deux de mes confrères de Saint-Martin qui habiteront à plein temps ici. Il s’agit de l’Abbé David Gilbert, que vous connaissez, puisqu’il a soutenu une thèse d’histoire il y a un an. David sera enseignant à Evron et à l’Institut Catholique de Paris. Il y a aussi Martin Troupeau, un diacre permanent, qui enseigne à Evron, et qui commencera une thèse en liturgie. Mais cette bonne nouvelle a une contrepartie qui est qu’il était convenu depuis trois ans avec Mgr Beau que lorsque j’aurai des confrères à plein temps au presbytère, il récupèrerait les services d’Antoine Vidalin dont il a besoin. Alors, évidemment, j’adresse au Père Antoine tous mes remerciements pour le temps et l’énergie qu’il a donnés durant six années dans notre paroisse.

Parmi nos défis, il y aura à la rentrée la poursuite de notre année de la Miséricorde. Les dimanches 2, 9 et 16 octobre nous seront une occasion de nous interroger sur ce thème. Le samedi 5 novembre, nous aurons notre pèlerinage jubilaire, pour franchir la porte du jubilé dans l’une des églises jubilaires de notre diocèse, à Notre-Dame du Perpétuel Secours. Enfin, le 9 novembre, Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction du journal La Vie nous fera réfléchir sur la participation des fidèles à la mission de l’Église.

Un autre défi concerne la paroisse. Cette année, l’équipe de catéchèse a décidé de changer de parcours de catéchèse pour les années CE2 à CM2. Il s’agit d’une part de disposer d’une formule plus adaptée aux tout petits effectifs que nous avons pour la catéchèse, mais aussi d’avoir un parcours adapté à la sociologie de notre quartier. Nous avons donc choisi un parcours récemment édité par Bayard-Presse, qui s’intitule « Et qui donc est Dieu ? ». Alors, l’équipe de catéchèse a besoin de votre soutien pour la mise en œuvre de ce parcours.

Enfin, le dernier défi se trouve évidemment dans les travaux de la crypte, de la sacristie et du presbytère. Ces travaux semblent s’annoncer pour la rentrée. Cela signifie que la gestion des locaux à la rentrée sera compliquée, puisque les locaux en travaux ne seront évidemment pas utilisables. Alors, ça aussi, c’est un défi, puisqu’il s’agit de supporter un inconfort momentané pour disposer de meilleurs outils pastoraux pour la suite.

Voilà donc ce qui nous attend, et que nous essaierons de vivre d’abord dans la relation au Christ, puisqu’au fond, c’est cela qui compte vraiment. Je vous souhaite une bonne fin d’année scolaire.

P. Benoît-Marie