7 novembre, journée de prière et de jeûne

La paroisse des Blancs-Manteaux se joint à la journée de prière et de jeûne demandée  par les évêques de France pour le lundi 7 novembre 2016 « pour les victimes d’agression sexuelle et pour demander à Dieu une conscience plus claire de la responsabilité des membres de l’Église à l’égard des personnes mineures qui lui sont confiées » (lettre du Nonce apostolique).

A la paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux, la messe du lundi 7 novembre à 19h sera célébrée pour demander à Dieu son pardon pour le mal commis par certains et pour les insuffisances de son traitement par les évêques et aussi la grâce pour tous d’un engagement éducatif vigilant et clair. Nous invitons aussi les paroissiens à vivre le jeûne ce jour-là.


INFORMATIONS SUR LA JOURNÉE DU 7 NOVEMBRE 2016

Communiqué de presse

En réponse à l’appel du Saint-Père, les évêques de France ont décidé de vivre, au cœur de leur assemblée plénière de novembre, un temps de prière et de pénitence pour les victimes d’abus sexuels. Cette démarche spirituelle est d’abord une prière pour les victimes ; elle est aussi une demande de pardon pour les fautes commises par les membres du clergé et une prière pour que les acteurs de l’Église aient une conscience toujours plus vive de leur responsabilité à l’égard des personnes qui leur sont confiées.
La journée du lundi 7 novembre sera marquée par cette dimension.
En fin de matinée, la messe sera dite « pour demander le pardon des péchés ». Dans l’après-midi aura lieu une séquence d’information (bilan des mesures engagées) et d’échanges sur la pédophilie. Au cours des vêpres, la prière universelle fera clairement référence aux victimes d’actes pédophiles. En outre, les évêques seront invités à jeûner.
Les fidèles dans les diocèses qui le veulent sont buy levitra au qatar invités à s’associer dans leurs communautés à ce moment de prière et de pénitence des évêques.
Par ailleurs, le bilan des mesures prises depuis le mois d’avril sera rendu public le lundi 7 novembre au soir lors d’un point presse accompagné d’un communiqué.
Afin de garder une dimension spirituelle à cette démarche des évêques du 7 novembre, il n’est pas prévu que les médias puissent y participer.